Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 14:12

Le terme Aiki a été popularisé au sortir de la seconde guerre mondiale par Ueshiba Morihei (1883-1969) le fondateur de l´Aikido, un art martial moderne japonais. Si l´Aikido est un art relativement récent, le terme Aiki qui en compose partie du nom est, pour sa part, beaucoup plus ancien ou, plus exactement, renvoit à une méthode corporelle dont l´origine précise se perd dans les méandres de l´histoire des arts de combat.

 

En terme de chronologie, le terme "Aiki" est vraisemblablement couché sur le parchemin pour la première fois (il convient de considérer qu´il s´agit  là du document le plus ancien retrouvé et préservé à ce jour) en 1858 sur un makimono, pour l´exactitude, appartenant à une Koryu, la Toda-ha Buko-ryu, spécialisée dans les techniques de naginata (arme longue à lame courbe).  En dépit des apparences et des tentatives de récuparation, il est sage de ne voir ici qu´une simple homonymie.

 

C´est entre la fin du XIXème et le début de XXème siècle que le concept Aiki apparait dans le contexte des arts de combats à mains nues. En effet, c´est à cette époque qu´un Aizuppo, descendant en ligne directe du fameux seigneur de la guerre Takeda Shingen, fait une apparition fracassante sur le devant de la scène en la personne de Takeda Sokaku.

 

Pendant plus de 40 ans, Takeda Sokaku va inlassablement parcourir l´archipel nippon, de Koshu en Koshu (séminaires d´une durée moyenne de 10 jours) pour assurer la diffusion et la transmission du Daito-ryu Aikijujutsu faisant entrer de plain-pied l´Aiki dans le paysage martial japonais.

 

 

Tentative de définition sommaire de l´Aiki.

 

 

Si les arts se revendiquant de l´Aiki sont pratiqués par des milliers de pratiquants à travers le monde, aucune définition proposée n´a jamais obtenu, jusqu´à ce jour, un agrément général. Proposer une définition, même sommaire, relève donc de la gageure et s´apparente plus à un exercice d´équilibriste sur une corde raide, sans filet, en extérieur et par grand vent, qu´à une simple formalité. Obtenir un consensus est d´autant plus difficile que le terme Aiki est utilisé par différentes écoles, elles mêmes divisées en plusieurs courants, et qui n´ont pas la même appréciation et la même compréhension du mot.

 

Je me limiterai donc à donner une définition par nature empirique et qui n´a pas vocation à être acceptée comme représentative ou exhaustive du concept. L´Aiki décrit une capacité technique d une très grande technicité atteinte par le pratiquant sur la base d´une méthode corporelle universelle et qui repousse les limites purement physiques des techniques dites conventionelles. Cette capacité s´obtient à travers le triptyque suivant: Kata keiko (étude des techniques de base et avancées de l´école), Tanren ( travail de conditionnement en solo mettant l´accent sur différents aspects), et  Randori (applications libres avec partenaire).

 

Aiki consiste en la capacité immédiate et spontanée à impacter très sensiblement l´adversaire lors d´une confrontation physique afin de pouvoir, dans un premier temps, reprendre la main, puis, de porter le combat à son terme le plus rapidement possible sans utiliser indûment de la force, ni en créant des tensions structurelles perceptibles et exploitables pour l´adversaire. Dans sa version "défensive", l´Aiki est quasi exclusivement go no sen, c´est à dire une réaction appropriée face à une sollicitation aggressive et qui permet de reprendre le contrôle de la situation.

 

Au niveau du ressenti, l´Aiki annule la force de l´adversaire ou bien lui interdit de s´en servir ce qui revient peu ou prou à la même chose et ce, à l´instant du contact. L´effet et l´impact sont donc très déconcertant pour qui les subit car il n´y a aucun moyen de s´en prémunir tant cette sensation est étrangère aux différents arts de combat "classiques".

 

Si on ne peut pas affirmer qu´il s´agit d´une force supérieure stricto sensu, on peut en revanche se risquer à dire que l´Aiki est une force non conventionelle contre laquelle un non initié (en Aiki ou en force interne) n´a guère de chances de s´en sortir tant il perd le contrôle de son propre corps.

 

On prétend, probablement avec raison, qu´une image vaut mille mots. J´ai donc sélectionné certains clichés de pratiquants ayant obtenu un excellent niveau en Aiki. Certains sont très connus, d´autres moins. L´avantage des photos c´est qu´elles arrivent à saisir les réactions des Uke (personnes qui subissent la technique) qui ne durent généralement qu´une fraction de seconde (et donc difficilement perceptible à l´oeil nu) mais qui prouvent de façon incontestable que l´impact au contact a bien été ressenti. Aussi est il intéressant de s´intéresser à la structure corporelle défaillante de Uke plutôt qu´à celle de Tori.

 

tokimune-takeda-abashiri-dojo.jpg

 

 

 

 

 

Une illustration quasi parfaite du principe Go no sen par Takeda Tokimune Soke. Alors que Uke s´apprête à dégainer son sabre, Takeda Tokimune Soke intervient avant que le geste n´ait pu se développer, simultanément il frappe aux yeux en pique, une technique appelée Metsubushi.

 

 

094-tokimune-tech2

 

 

Défense contre Kubijujijime (étranglement en croix) par Takeda Tokimune Soke, dès la saisie, Uke est immédiatement déséquilibré vers l´arrière alors que son attaque était censée lui apporter un avantage décisif.

 

 

photo-15-1

 

 

photo-22-1-300x300

 

 

Sagawa Yukiyoshi Sohan en action, l´impact sur Uke est très puissant tandis que Sagawa Sohan se déplace à peine pour un effet maximal.

 

 

401443_308660862514215_1918809374_n.jpg

 

 

Sato Norio Sensei applique l´Aiki à partir d´une saisie sur le poignet à Kodama Goro Sempai au Hombu Dojo de Kitami (Hokkaido). Il est possible à partir d´un mouvement à la fois simple et souple de provoquer une contrainte articulaire douloureuse.

 

 

IMG_1728-copie-2.JPG

 

 

Nakano Sensei déséquilibre Kodama Goro Sempai au Budokan de Kitami. A partir d´un mouvement tout en relachement et en souplesse, Nakano Sensei déstructure complètement Kodama Sempai qui décolle lègèrement du sol à l´impact, les épaules entravées. Notez la puissance et la soudaineté de l´impact sur le visage de Kodama Sempai.

 

 

Akuzawa-Sensei-Kiaz.jpg

 

 

Akuzawa Minoru Sensei aux prises avec son élève Christophe Ksiazkiewicz aka Kiaz, instructeur certifié d´Aunkai et pratiquant émérite. Sur une saisie pourtant vigoureuse et assurée, Akuzawa Sensei déséquilibre Kiaz, un solide gaillard pourtant peu coutumier du fait, en se déplacant légèrement. A la surprise générale, Kiaz est repoussé vers l´arrière et perd le bénéfice de la prise d´initiative. Il est à noter, cependant, que Akuzawa Sensei ne désigne ses capacités extraordinaires en utilisant le terme Aiki, mais plutôt celui de force interne.

 

 

Il existe bien d´autres clichés illustrant le principe Aiki, j´en ai choisit quelques uns qui me plaisaient particulièrement, soit parce qu´ils ont une valeur historiques et qu´ils rendent un hommage amplement mérité à des grands noms du passé qui ont réussit à transmettre ce patrimoine fantastique, soit parce que j´ai moi même été témoin de ces moments qui sont particulièrement impressionants et inspirants, que l´on soit dans la position de simple spectateur ou dans celle de Uke.

 

En guise de conclusion je rappelerai ce que Sagawa Sohan considérait comme fondamental dans l´étude des arts martiaux:

 

"La pratique intermittente, quelle que soit son degré d´intensité, est parfaitement inutile. Vous devez pratiquer chaque jour de votre vie. Ceci, et ceci uniquement, constitue le véritable entrainement ou Shugyo".

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ashura - dans Articles
commenter cet article

commentaires

Ashura 19/02/2015 11:51

Oui, les images ne permettent pas de tout restituer les sensations corporelles mais elles ont l´avantage de pouvoir "saisir" certains passages lors de l´impact que l´oeil nu ne peut pas toujours
percevoir. C´est très visible sur la photo qui met aux prises Nakano Sensei (qui ne peut utiliser qu´un bras) à Goro Sempai. Je me rappelle très bien du moment ou Akuzawa Sensei t´a fait subir
cette technique, c´était à la fin du tout premier jour de stage et je me rappelle encore les murmures de stupéfaction dans l´assistance, la facilité avec laquelle Akuzawa Sensei te bougeait a
époustoufflé tout le monde. Vivement avril.

@+

kiaz 18/02/2015 20:16

Salut Raph, un bien bon article.
Dommage que les photos ne rendent pas les sensations réelles. Il faut subir l'aiki pour prendre toute la mesure de ce qu'on ressent, de ce qui se passe.
Au moment de terminer ma saisie, j'ai été déséquilibré et j'ai été déplacé comme un pantin sans pouvoir rien faire. Et pourtant, je ne vais jamais d'une main complaisante avec sensei.
A bientôt sur les tatamis!
kiaz

Présentation

  • : Le blog de Ashura
  • Le blog de Ashura
  • : Blog consacré aux Ryû authentiques du Japon et plus particulièrement au Daito-Ryû JûJutsu et Daito-Ryû Aikijûjutsu. Par extension,des articles sur d'autres écoles et/ou styles de JûJutsu seront également publiés. Ponctuellement, d´autres disciplines ou d´autres experts pourront être abordés.
  • Contact

Traductions

Recherche

Catégories